Le Liban

By Toufic Mrad

Le Liban, toujours plus dévasté.
e peuple, toujours plus supprimé.
es cœurs, toujours plus brisés.
Les mères, toujours moins sauvées.
Et les larmes, abondantes comme jamais..


Ce pays qui n’arrête de couler,
Cette terre brûlée, bombardée,
Suppliante pour ne pas céder,
Se trouve dans le gouffre, égarée,
Sans personne pour la soulever..


Et puis viennent les députés,
Les ministres et les délégués.
Leurs paroles loin d’être clichées,
Sur un peuple accablé, sidéré,
Se frappent comme le chien d’un pistolet..


Maintenant que j’écris ces couplets,
Sous les cieux de la Voie Lactée,
Par le temps cruellement traîné,
Je suis triste, mais je me remets,
En attendant découvrir l’étranger..


Mes souvenirs sont découpés,
En petits morceaux éparpillés.
Difficiles à restaurer,
Ça vaut la peine d’aider
Une âme par la vie troublée.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *